Évaluation par IRM de la remyélinisation en présence de débris de myéline

Chercheuse principale : Dre. Yunyan Zhang

Affiliation : Université de Calgary

Période : Du 1er avril 2016 au 31 mars 2019

Montant : 289 954 $

Mots clés : Lésion focale, démyélinisation, remyélinisation, imagerie par résonance magnétique, IRM

Résumé

  • Une reconstitution des tissus est observable dans les lésions causées par la sclérose en plaques (SP), et il est possible de favoriser ce processus de réparation grâce à des traitements appropriés. Plus précisément, il a été démontré que la myéline, soit la couche protectrice des fibres nerveuses qui est prise pour cible dans le contexte de la SP, pourrait être réparée.
  • Il demeure cependant difficile de mesurer de façon non effractive la réparation des tissus lésés par la SP, processus appelé remyélinisation.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • de recourir à l’IRM pour étudier le processus de remyélinisation chez un modèle murin (souris) conçu précisément à cette fin;
    • d’étudier des lésions caractérisées par différents degrés d’intégrité de la myéline à partir de clichés IRM de tissus cérébraux prélevés post mortem chez des personnes atteintes de SP.

Description de l’étude

La remyélinisation (processus de réparation des gaines de myéline ayant subi des lésions) est essentielle pour le rétablissement des capacités fonctionnelles et compte par conséquent parmi les principaux axes de recherche sur la SP. Cela dit, les travaux dans ce domaine sont considérablement compliqués par le fait qu’il est difficile d’observer le processus de remyélinisation au moyen de techniques d’imagerie telles que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) en raison de la complexité de l’environnement des lésions caractéristiques de la SP. L’équipe de la Dre Zhang a élaboré une formule mathématique qui lui permet de distinguer les zones de démyélinisation des zones de remyélinisation. Elle étudie actuellement des lésions de la myéline chez des souris atteintes d’une maladie comparable à la SP en vue d’y déceler des signes probants de remyélinisation et de démyélinisation, de les comparer aux caractéristiques de la remyélinisation observées dans des tissus humains prélevés post mortem, et d’appliquer les résultats obtenus à la pratique clinique. À ce stade de l’étude, l’équipe de recherche a recueilli des clichés d’examens d’IRM réalisés sur des souris atteintes d’une maladie comparable à la SP en vue de déceler les zones de démyélinisation et de remyélinisation en examinant la taille, la structure et la complexité des lésions. Elle a également analysé des clichés d’IRM de tissus humains prélevés post mortem et conclu que ses premières observations concordaient avec celles qu’elle avait faites chez la souris. Il se peut que les résultats de l’étude en question aboutissent à l’élaboration de nouvelles méthodes de mesure par imagerie susceptibles de faciliter le repérage des zones de remyélinisation chez les personnes atteintes de SP, méthodes qui pourraient se révéler importantes pour l’évaluation de cette maladie.

Retombées potentielles : Les résultats de l’étude dont il est ici question pourraient jeter un éclairage sur la détérioration des tissus en présence de SP, faciliter l’élaboration de plans de prise en charge de la maladie et permettre l’évaluation de nouveaux traitements axés sur la neuroprotection et la réparation.

État d’avancement de l’étude : En cours.
Open navigation