Nouvelles

La Société canadienne de la SP finance un essai clinique multicentrique international sur l’amélioration de la cognition dans le contexte de la sclérose en plaques progressive

  • Communiqués de presse

Une subvention de cinq millions de dollars est allouée à une étude qui portera sur la réadaptation cognitive et l’exercice aérobique en vue de l’amélioration des fonctions cognitives chez les personnes atteintes de SP progressive


Toronto (Ontario), le 12 septembre 2018 – La Société canadienne de la sclérose en plaques a annoncé aujourd’hui un investissement de cinq millions de dollars destiné à financer le premier essai clinique multicentrique international dont les auteurs auront pour objectif de vérifier si la réadaptation cognitive et l’exercice aérobique permettent d’améliorer les fonctions cognitives des personnes atteintes d’une forme progressive de sclérose en plaques (SP).Cette étude, dirigée par le Dr Anthony Feinstein (Université de Toronto et Centre des sciences de la santé Sunnybrook) et une équipe internationale de spécialistes en réadaptation, pourrait mener à la mise au jour d’une nouvelle option thérapeutique au profit des personnes atteintes de SP progressive qui présentent des troubles cognitifs.


Les troubles cognitifs font partie des symptômes dits « invisibles » de la SP. Selon les estimations, ils pourraient toucher jusqu’à 70 p. 100 des personnes qui présentent une forme progressive de SP. Le déclin cognitif peut avoir des répercussions considérables sur l’emploi, les relations sociales et les activités de la vie quotidienne. À ce jour, les personnes qui présentent la forme progressive secondaire de la SP et qui ne subissent plus de poussées de SP ne bénéficient d’aucun traitement efficace, capable de modifier l’évolution de la maladie, et un seul médicament a fait l’objet d’une homologation conditionnelle par Santé Canada pour le traitement de la SP progressive primaire à un stade précoce.

« Le Canada affiche l’un des taux de SP les plus élevés du monde, et nous offrons notre soutien à cette initiative mondiale afin qu’une nouvelle option thérapeutique puisse être offerte aux personnes atteintes d’une forme progressive de SP. Six pays unissent ici leurs efforts pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des personnes aux prises avec cette maladie imprévisible », indique Mme Pamela Valentine, Ph. D., présidente et chef de la direction de la Société canadienne de la SP. « Il est capital que ces personnes aient accès à des stratégies de réadaptation facilitant la prise en charge des symptômes qu’elles éprouvent. La Société canadienne de la SP est fière de financer, grâce à la générosité de ses donateurs, le premier essai clinique d’envergure internationale portant sur l’association de deux interventions – soit la réadaptation cognitive et l’exercice – et visant l’amélioration des fonctions cognitives chez les personnes atteintes de SP progressive. »

En vue de trouver un traitement potentiel pour les troubles cognitifs (qui concernent notamment l’attention, la vitesse de traitement de l’information et la mémoire) éprouvés par les personnes qui vivent avec la SP progressive, le Dr Feinstein et son équipe de recherche s’emploient à déterminer si la réadaptation cognitive ou l’exercice ou une stratégie qui associe réadaptation cognitive et exercice permettent d’améliorer les fonctions cognitives.

« La cognition est déterminante au chapitre de l’amélioration de la qualité de vie chez les personnes atteintes de SP », affirme le Dr Feinstein. « Tous les chercheurs en SP savent qu’il importe de mettre au point davantage de traitements pour toutes les formes de SP. Or, bon nombre de personnes qui présentent une forme progressive de SP ont le sentiment d’être laissées à elles-mêmes. Cet essai clinique nous permettra de nous pencher activement sur les besoins de ces dernières. Nous nous intéresserons aux interventions combinées et chercherons à obtenir des résultats qui pourront être mis en application dans différents pays et cultures. »

« Nous espérons tous ardemment la découverte d’un remède, mais le fait est qu’il faudra du temps avant qu’on y arrive », souligne Beverley MacAdam, qui est atteinte de SP cyclique et qui agit bénévolement à titre de représentante de la collectivité au sein d’un comité d’examen des demandes de subvention de recherche de la Société de la SP. « De telles études sont essentielles. Celle dont il est question contribuera à l’amélioration de la qualité de vie des personnes aux prises avec la SP et permettra à ces dernières de placer la SP au second plan de leur vie. »

L’équipe de recherche est formée des personnes suivantes : Mme Nancy Chiaravalloti, Ph. D., et M. John DeLuca, Ph. D., de la Fondation Kessler (É.-U.); Dre Jiwon Oh, de l’Université de Toronto (Canada); M. Ulrik Dalgas, Ph. D., de l’Université Aarhus (Danemark); Dr Massimo Filippi et Dre Mara Rocca, de l’Hôpital San Raffele (Italie); M. Garry Cutter, Ph. D., M. Rob Motl, Ph. D., et M. Brian Sandroff, Ph. D., de l’Université de l’Alabama à Birmingham (É.-U.); Dr Giampaolo Brichetto et Dre Matilde Inglese, de l’Université de Gênes (Italie); M. Peter Feys, Ph. D., de l’Université de Hasselt (Belgique); Mme Jennifer Freeman, Ph. D., de l’Université de Plymouth (Angleterre); Dre Maria Pia Amato, de l’Université de Florence (Italie); Dr Jeremy Chataway, du Collège universitaire de Londres (R.-U.).

En tout, 360 participants seront recrutés par l’équipe de chercheurs au sein de onze centres de recherche répartis dans six pays. Les participants suivront le traitement à l’étude pendant douze semaines. Des examens d’imagerie par résonance magnétique du cerveau seront réalisés auprès d’un sous-groupe de 120 participants. Les résultats d’imagerie permettront de vérifier si l’amélioration des fonctions cognitives est associée à des changements relatifs aux lésions et à l’atrophie cérébrale et à une amélioration de l’activation de certaines régions cérébrales lors de l’exécution de tâches cognitives.

La subvention annoncée par la Société canadienne de la SP et la Fondation pour la recherche scientifique sur la SP destinée à cette étude est financée par un donateur anonyme.

Joignez-vous à nous le jeudi 20 septembre, à 13 h 30, HE, sur Facebook pour une période de questions et réponses en direct avec le Dr Anthony Feinstein, Mme Beverley MacAdam et l’équipe de la recherche de la Société de la SP (en anglais seulement). Cette séance vous offrira l’occasion d’en savoir plus sur cette subvention d’équipe et sur les retombées potentielles de l’essai en question pour les personnes vivant avec la SP et leurs proches.

À propos de la sclérose en plaques et de la Société canadienne de la SP

Notre pays affiche l’un des taux de sclérose en plaques les plus élevés du monde, et, chaque jour, onze Canadiens apprennent qu’ils ont la SP. Cette maladie chronique souvent invalidante cible le système nerveux central, lequel comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. Elle se manifeste généralement chez des personnes âgées de 15 à 40 ans, qui en subiront les effets imprévisibles toute leur vie. La Société de la SP offre des programmes et des services aux personnes atteintes de SP et à leur famille, et elle se porte à la défense de leurs droits. Elle finance de plus la recherche visant à améliorer la qualité de vie des gens atteints de SP, voire à guérir toutes les formes de cette maladie. Pour faire un don à la Société de la SP ou pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous sur le site scleroseenplaques.ca ou composez le 1 800 268‑7582. Dialoguez en ligne avec la collectivité de la SP. Retrouvez la Société de la SP sur Twitter et Instagram ou abonnez-vous à sa page Facebook.

À propos du Centre des sciences de la santé Sunnybrook

Le Centre des sciences de la santé Sunnybrook façonne l’avenir des soins de santé pour les quelque 1,2 million de patients qui, chaque année, reçoivent des soins à l’hôpital, où se dévouent plus de 10 000 employés et bénévoles. Chef de file reconnu mondialement au chapitre de la recherche et de l’enseignement, ce centre affilié à l’Université de Toronto se distingue parmi les meilleurs centres universitaires des sciences de la santé du Canada. L’établissement est spécialisé dans le traitement des grossesses à risque, les soins critiques aux nouveau-nés et aux adultes, la réadaptation, de même que dans le traitement et la prévention du cancer, des maladies cardiovasculaires, des troubles neurologiques et psychiatriques, des maladies orthopédiques et arthritiques, et des blessures traumatiques. L’hôpital offre également un programme unique à l’échelle nationale à l’intention des anciens combattants.

-30-

PERSONNE-RESSOURCE :

Jennifer Asselin
Société canadienne de la SP
1 800 268-7582, poste 3144
jennifer.asselin@scleroseenplaques.ca

Jennifer Palisoc
Centre des sciences de la santé Sunnybrook
416 480‑4040
jennifer.palisoc@sunnybrook.ca

Open navigation